lundi 10 septembre 2012

CLM du Ballon et analyses


Salut à tous,

J’ai participé Dimanche 09/09/2012 à la 10 édition du CLM du Ballon par son coté Vosgiens.


 Une semaine après la Vosgienne, je m’aligne après avoir réalisé une semaine light. Comme on peut le voir sur mon graphique de charge ( en rouge) et stress Balance ( en jaune), j’ai réalisé une bonne semaine d’affutage avec seulement 3h30 de vélo orienté un poil rappel intensif. Les courbes se sont bien croisées espérant ainsi déclencher un pic de forme après un mois d’Aout assez lourd de préparation. Idéalement j’essaye de reproduire le modèle de 2010 où j’ai littéralement explosé suite à la Vosgienne 2010 en prenant 10 w au seuil en une semaine ! 


Par rapport à mes précédentes montées, je me fixe 315 w comme objectif. Cela me permettrait de descendre en dessous des 28 min. Si je suis bien je pourrai encore accélérer un poil.Mieux vaut ça que l’inverse. En effet les études montrent que les meilleurs chronos sont faits à iso puissance. Le capteur  est un précieux outil pour éviter de partir en sur régime dans ce genre d’épreuve. En 2010 avec 324w j’étais sur une autre planète. Je sais maintenant que mon SRM ancienne version avançait un poil plus que le dernier disons 5w. Comme je suis plus léger aussi de 1kg, je peux donc espérer un meilleur chrono sans sortir plus de watts.
Mes précédentes études de roues m’ont permis de mettre en évidence une perte de watts sur la roue AR  boyaux. Je pars donc avec un mixte AV boyaux / AR Edge pneu. Hervé m’avait proposé de garder sa paire de Lightweight mais je n’ai pas voulu abuser. Et puis en regardant les chronos des précédentes années, il y avait pas de quoi gratter beaucoup de places avec 10 secondes de gains espérés.  Je m’échauffe sur mon protocole habituel ( 20 min@i2, 5min@I3, 2min@I4, 1min@I5 + quelques sprints)  en compagnie de Laurent Champey. Laurent partira juste 30 s derrière moi, lui qui monte généralement une minute plus vite que moi, voilà un sacré challenge a relever pour ne pas se faire rattraper !

Arrivée de la course en ligne.

Je démarre fort avec plutôt de bonnes jambes. Je jette un œil à la moyenne au bout de 5 min et me voilà @330wmoy. L’émulation avec Laurent derrière fonctionne bien, il ne revient pas,  mais je sais très bien qu’il m’est impossible de tenir à cette puissance. Au bout de 3 km, j’ai même 10 s d’avance sur 2010. Seulement voilà, les règles de la physiologie sont immuables et comme je ne suis pas non plus dans un jour de grâce ma puissance baisse petit à petit et il m’est de plus en plus difficile de maintenir 310w. Je paye donc mon départ rapide et m’effondre même à 295w pendant 4 min autour de  la 18 ème minute. Ce coup de pas bien a au moins le mérite de  permettre de reprendre mon souffle et je peux finir les 5 dernières minutes @ 310w. Du coup c’est  28’25’’ @309 w exactement. Laurent arrive juste derrière à 2 s. Manque de bol pour moi cette année on est 6 à ce tenir sur 12s. Avec 10s de moins soit 2 watts de plus( ou les lightweight de sorties), je remontais entre la 5 et 6 ème place. Je préfère surtout m’attarder sur mon erreur du départ. Honte à moi qui utilise la puissance depuis maintenant 4 ans et qui me fait prendre au jeu du lièvre. Une meilleure gestion avec un départ @315 w comme prévu m’aurait certainement évité mon naufrage en cours de montée…L’analyse post course permet au moins de tirer des conclusions, sans le capteur j’aurai rien pu voir (quand tout se joue @15w prêt).
La baisse inexorable!

 Laurent est déçu aussi de sa montée et nos échanges sur ses dernières semaines d’entrainements sont très intéressants. Il a priorisé les sorties longues cette année en préparation de la Marmotte + de grosses cyclos et il manque de puissance au seuil + de fraicheur en cette fin de saison. De mon coté je vois clairement une amélioration de mes chronos/puissance jusqu’au 15 Aout puis une certaine stagnation. C’est à partir de là que j’ai recommencé à enchainer les sorties longues et intenses. Comme sur la Time et la Grand Bo, j’arrive avec un pic de forme derrière moi finalement. C’est réflexion n’est pas forcément valable pour tout le monde et tout va dépendre du volume d’entrainement des mois passés. Un Rodolphe ou David qui ont l’habitude d’enchainer des gros volumes  récupèrent mieux et peuvent se permettre plus de sorties difficiles. Pour moi qui dépasse rarement 10h à 12 h/semaine, il faut donc être prudent..Clairement si je dois rester sur une charge identique en 2013, il me faudra espacer mes grosses sorties. Faire plus de I2/I3 et moins de I3/I4 si je dois dépasser régulièrement les 4h. L’expérience montre, surtout en cours de saison, que l’endurance critique revient assez vite finalement. Inutile d’en faire trop, un CTL de 85/90 et temporairement des montées d’ATL vers 120 TSS semble être un maximum pour moi avec ma saison 2012.    L'autre interrogation vient du poids de forme. Depuis 10 jours je suis plus proche des 61 kg que des 62 kg. A 7% de masse grasse( mesure de plis) , est ce pas un peu bas pour moi? Plusieurs fois constaté que je tournais mieux @ 62kg...


7 commentaires:

Rodolphe a dit…

Je reconnais là mon erreur faite à St-Nizier l'an passé... avec des conséquences similaires (podium scratch loupé à 10" près :P).
On va tenter de corriger ça samedi prochain, et pourquoi pas franchir la barre des 42' ;) ?

Nicolas Boisson a dit…

Bonjour Alban,
C'est toujours un réel plaisir que je prends à lire ton blog quotidiennement, tant par la pertinence des analyses que leurs résultats.

Je ne me souviens pas l'avoir vu dans tes précédents posts mais as tu déjà utilisé le virtual partner présent sur le Garmin 800 ?

C'est un excellent outil - en complément de la puissance - qui permet de savoir où tu en es à la seconde près, par rapport à un temps de référence (ex : montée du salbert). C'est outil permet ainsi de calibrer son effort, éventuellement se surpasser (pour les non spécialiste du clm par exemple)...

Au plaisir de te lire à nouveau,
Bonne continuation

Nicolas BOISSON

Alban a dit…

@Rodolphe: Eh oui on a outil de pointe autant s'en servir jusqu'au bout! :-) Je ne suis pas un grand champion et mon esprit n'est pas arrivé à me transcender comme certain sur la Vuelta! :-) Donc oui pour toi tu dois essayer d'évaluer au plus proche ta perfo max tenable sur 42 min et partir la dessus. Comme dit, si tu es parti un poil trop faible tu pourras toujours corriger le tir @10 min de la fin!

Alban a dit…

@Nico: Salut Nico, Merci pour ton commentaire, ça fait plaisir d'avoir des news. J'espère que ta saison se passe bien! Le virtual Partner doit être très intéressant. Je me souviens qu'on en avait parlé l'année dernière au séminaire de Bourges. Sur le powercontrol pas de GPS donc pas de possibilité et sur mon stock de Garmin, je n'ai que des 500. Mais à méditer lors de ma prochaine commande chez Matsport! :-)
Alban

Rodolphe a dit…

Bonne idée le Virtual Partner... je l'utiliserai peut-être pour St-Nizier :-)

Alban a dit…

Merci Rodolphe pour le commentaire détourné. On a donc la fonction aussi sur le 500 :-) A essayer !

Nicolas Boisson a dit…

J'ai plusieurs fois utilisé le virtual partner à titre perso et on l'avait mis à certains coureurs lors de la Coupe de France CLM en DN1. Savoir en temps réel où tu en est par rapport à un collègue permet dépasser. Biensur, tu ne gagnes pas 2mn mais quand la différence se fait à quelques secondes, ça en vaut vraiment la peine !